Communiqué de presse : déplacement du M.I.N à La Baronne

Publié le par collectif-oin-plaineduvar

Ce matin, SAMEDI 5 JANVIER à 11h s'est tenu une

conférence de presse du

collectif "O.I.N. Plaine du var : pour un débat citoyen"

sur le déplacement du M.I.N. à La Baronne.


Etaient présent : Nadège Bonfils, Monique Touzeau (C.A.P.R.E. 06), Geneviève Andrea (La gaude environnement), Catherine Jacquin (Aqui SIen Ben), Michel Cuoco (APHEC), Paul Touze (ALEP) et des habitants de La Baronne et de Carros.

 

et comme élu-e-s faisant partie - à titre personnel - du collectif : Frédéric Lefevre, Emmanuelle Gaziello et Mari-Luz Nicaise.

 

IMG-20130105-01273.jpg IMG-20130105-01275.jpg

 

"Nous avons évoqué le fait que nous ne voyons pas l'Intérêt Général de ce déplacement : dans le dossier il est justifié par la création du Grand Arénas à l'emplacement actuel du M.I.N. .
Or, nous ne voyons pas l'utilité de construire un Grand Arénas alors même qu'un centre des congrès existe déjà à Nice : l'Acropolis et le Palais des Expositions. Qui plus est, en déplaçant le M.I.N. à La Baronne, il va être définitivement déconnecté du fret ferroviaire alors qu'avec la création d'un futur pôle multimodal on pouvait imaginer une véritable politique des transports autre que par le tout routier. Or, force est de constater qu'une fois de plus, cette pseudo-éco-vallée est une vallée dédiée à l'augmentation monstrueuse des voiries et non à la multimodalité, comme sur la voie de 40 mètre ou le tramway n'est pas prêt d'être budgétisé.
Ce déplacement du M.I.N. va ainsi générer une augmentation du trafic routier ( avec la création d'un demi-échangeur pour connecter à la 6202 bis), une augmentation du risque de crues et de pollutions des eaux comme stipulé dans le dossier d'enquête publique et une surmortalité de la faune et de la flore comme signalé dans le dossier. Nous ne parlerons pas des irrégularités relevées dans le dossier notamment eu égard à la D.T.A. et à la législation française et européenne.
Ce alors qu'on pourrait conserver ces 16 hectares de terres agricoles - car des jeunes agriculteurs veulent s'installer - et les mettre en valeur afin de répondre à la demande croissante en produits locaux et paysans. Nous rappelons ici que nous sommes à 14% d'autonomie alimentaire dans notre département : que faire en cas de blocus ?
Ce déplacement du M.I.N. ne répond donc à aucun besoin vital, il est destructeur pour notre bien commun et qu'on aille pas nous dire que nous, collectif, sommes pour une stagnation de cette plaine du var : nous voulons une agriculture de proximité et la mise en valeur d'espaces protégés par la législation européenne, alors qu'on arrête de nous traiter de gauchistes voulant faire de l'agitation politicienne : nous sommes pour la défense du débat citoyen, pour la préservation et la mise en valeur de notre plaine et le respect de la légalité et des intérêts communs, et ce, qu'elle que soit notre idéologie.
Si Mr Meyni trouve que nous sommes des fanfarons, qu'il se mette à respecter les lois en vigueurs et la démocratie avant de raconter n'importe quoi."

 

IMG-20130105-01276.jpg IMG-20130105-01277.jpg

 

Ce communiqué a été élaboré avec la synthèse des propos tenus lors de la conférence de presse, des propos tenus par la chambre d'agriculture qui se trouvait comme par hasard en même temps que nous au marché des saveurs, et des propos tenus par Mr Meyni, maire de La Gaude, à France 3 en réponse à nos revendications.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article