L'OIN Plaine du Var et la LGV-Paca

Publié le par collectif-oin-plaineduvar

GIR Maralpin - Infos.Circ@Maralpines 125 [26.09.2011]

Spécial concertations LGV Paca et OIN Plaine du Var : un double enjeu stratégique à l'embouchure du Var


 

L'OIN Plaine du Var et la LGV-Paca

Les Alpes-Maritimes aux prises avec deux grands projets

soumis à deux consultations dissociées

Un double enjeu stratégique à l'embouchure du Var

 

  

Deux consultations biaisées et distinctes sur deux projets imbriqués

 

Ces deux projets importants engagent l'avenir à long terme du département des Alpes-Maritimes et des régions limitrophes (Var, Monaco, Ligurie, Piémont).

Bien que ces deux programmes se chevauchent au débouché de la Vallée du Var, ils sont conduits séparément et n'ont pas fait le moindre objet d'une réflexion commune d'aménagement du territoire.

Tandis, qu'à des degrés divers, l'un et l'autre sont déjà engagés sur des voies inquiétantes, la population du Département se voit proposer des consultations dont les modalités sont contestables et dont les conclusions (qui en seront tirées par les seuls organisateurs) risquent d'aller à l'encontre de l'intérêt général.

  

Deux enjeux majeurs à Nice St Augustin, à la croisée des deux projets

 

L'implantation d'une gare TGV ("Nice-Aéroport") doit-elle s'accompagner du déport du Marché d'intérêt national (MIN) et d'un renoncement à la logistique et au fret ?

Sans qu'aucune réflexion approfondie n'ait été conduite

·       sur l'intérêt d'une desserte directe TGV du nœud ferroviaire de Nice-Thiers en cœur de ville,

·       sur l'accès ferroviaire à Nice-Ville et au-delà depuis Nice-St Augustin à travers l'étranglement de Saint Philippe par les deux récentes autoroutes urbaines (voies rapides "Mathis"),

·       sur la desserte logistique de la métropole niçoise et de "l'éco-Vallée",

décisions ont été prises

·       d'implanter la gare TGV à St-Augustin ("Nice Aéroport"),

·       d'en déporter le MIN, actuellement embranché SNCF, à plusieurs kilomètres en amont sur le site agricole de La Baronne où aucune intermodalité ferroviaire n'est, ni envisagée, ni possible.

 

Les dangers des prises de décisions séparées compromettant la faisabilité d'un des projets, sinon des deux

 

Nombreux sont les exemples [dont celui tout proche de l'aliénation des emprises ferroviaires à la tranchée de Saint Philippe au bénéfice de la voirie urbaine communale (autoroutes urbaines Nord et Sud)] de décisions ayant conduits à rendre impossible la réalisation d’équipements et d’ouvrages indispensables, du fait de ne pas avoir assuré au bon moment, la préservation des espaces nécessaires à la conduite des travaux correspondants. L’insuffisance de réflexion intégrée entre les deux projets d’urbanisation, conduits, l'un par l’EPA Plaine du Var et l'autre par RFF pour la LGV PACA, contient tous les ingrédients pour aboutir à une situation similaire, la réalisation des deux projets étant décalée dans le temps puisque ce dernier est appelé à n’être opérationnel qu’après 2023, dans les meilleurs des cas, et en 2040, dans le pire des cas.

 

Un exemple des surprenantes prises de décisions de l’EPA Plaine du Var engageant l'avenir de la future gare intermodale de St Augustin "TGV Nice Aéroport"

 

L'extrait de délibérations reproduit dans la note jointe traite du projet de Pont Rail destiné à ménager le passage de la future Ligne 2 du tramway de Nice (dont le projet vient d'être présenté au public le 26 septembre 2011) sous les voies ferrées de la ligne littorale à St Augustin, au niveau des embranchements ferroviaires du MIN, où devrait être implantée la gare intermodale de "Nice Aéroport" sur la consistance de laquelle les administrateurs de l'EPA n'ont, semble-t-il, pas la moindre idée, c'est ce qu'exprime ainsi , non sans humour, la représentante du Conseil régional : "quoi qu’il en soit le projet qui nous a été présenté ce matin était plutôt un projet sur quatre voies, RFF partirait plutôt sur huit, notre bonheur se fera peut-être à six ; l’avenir nous le dira." [cf. contexte fichier joint]

 

[RAPPEL] - Demande GIR d'intervention des Services de l'État pour une mise en cohérence de ces deux grands programmes dans une démarche commune d'aménagement du territoire

 

Rappelant l'importance de ces deux grands programmes engageant l'avenir à long terme du département des Alpes-Maritimes, de la Principauté de Monaco, des régions italiennes limitrophes ainsi que du territoire national, soulignant en outre l'intrication directe de ces deux programmes au débouché de la Plaine du Var, le GIR a, le 22 juillet, sollicité auprès de Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, ainsi que du Délégué interministériel DATAR, l'intervention des Services de l'État pour engager une démarche commune d'aménagement du territoire.

En sa réponse du 27 juillet, le Chef adjoint du cabinet de la ministre, constatant que la démarche relevait plus particulièrement des attributions du ministre de l'agriculture, de l'alimentation de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire, a avisé le GIR de la transmission de sa requête à Monsieur Bruno Le Maire.

[cf. http://www.gir-maralpin.org/AtInterventions.htm]

 

 

Publié dans EVENEMENTS

Commenter cet article