PAPI II : le collectif plaine du var appelle à voter contre

Publié le par collectif-oin-plaineduvar

Analyse du collectif O.I.N. Plaine du var :


-d'abord le PAPI 2, suite logique du PAPI 1 permet d'avaliser comme cité le P.P.R.I.
  - ledit P.P.R.I. ne se base aucunement sur des études hydrologique cf enquête publique à notre questionnement sur la volontaire non-prise de compte   des études hydrologiques on nous répondait qu'elles étaient trop catastrophiste.
  - ledit P.P.R.I. ne prend pas en compte les rapports du G.I.E.C. En effet, lors de l'enquête publique, ils nous ont dit que les crues seraient appelés à se multiplier uniquement si nous entrerions dans une période de changement climatique majeur. On les a questionné sur leur éventuelle prise en compte des rapports du G.I.E.C., lesdits rapports signalent que nous entrons dans une période de changement climatique majeur. Ils ont dit que ces rapports avait une vision à trop long terme et donc qu'ils ne les prennaient pas en compte.
  - ledit P.P.R.I. se base sur un S.A.G.E. erroné, celui de 2007, dont il ne respecte pas les préconisations. Quand on leur a demandé où était le S.A.G.E. 2010-2015, ils ont répondu qu'ils avaient jusque fin 2012 pour l'élaborer.

- dans cette délibération il y a plusieurs éléments:
  - se baser sur un P.P.R.I. hors des réalités de terrain rend le P.A.P.I. 2 tout aussi caduc.
  - mais ce P.A.P.I. 2 promet, ô miracle, d'appliquer certaines préconisations du S.A.G.E 2007 comme la sensibilisation des communes et des riverains et l'aide aux communes via des documents spécifiques ainsi que la mise en place d'un système de prévention de ruissellement. Mais selon le calendrier, cela ne sera achevé qu'en 2017, ce qui est beaucoup trop tard comme échéance.

Ensuite le P.A.P.I. 2 s'inscrit dans un changement de domanialité des berges du var : de l'état la gestion des berges du var passe au conseil général
le conseil général a pour but de dévégétaliser les berges du var afin d'y construire des pistes cyclables et de dévégétaliser le lit du var également ce qui accélérerait le débit du fleuve. Le fait même de toucher à une ZNIEFF classée Natura 2000 est purement et simplement illégal, contraire à la législation européenne en vigueur.
De plus, en cas d'inondations, le conseil général s'engage à dédommager financièrement.

Concernant les travaux de consolidation de digues et travaux hydrauliques, l'échéance était 2014 (préveu dans le P.P.R.I.).
Hors on voit bien que pour la zone saint laurent du var, les seuils 7 et 8 et la consolidation de la rive gauche du var, dans le cadre du P.P.R.I. il était noté que c'était de projets réalisés ou inscrit dans le cadre du P.A.P.I 2009-2014.

On sait par ailleurs que le S.A.G.E. 2010-2015 est enfin en cours d'élaboration et qu'il se basera sur la loi sur l'eau de 2008 qui est la plus contraignante, et qui ira sûrement remettre en cause des aménagements sur la plaine du var. Ce S.A.G.E. sera rendu public fin 2012.

Mais la question est combien de projets vont encore être enterinnés sur la plaine du var, et qui passeront outre ce S.A.G.E. 2010-2015 ?

Pour moi, ce P.A.P.I. 2 qui ne prend pas en compte les realités de terrain, ne protège pas les riverains, il n' a donc rien à faire dans le budget sécurité, et en plus il est là uniquement pour justifier l'urbanisation toujours plus dense sur des zones prétenduement non-inondables.

C'est purement et simplement de la dilapidation d'argent public.

J'appelle toujours à voter contre le budget attribué au P.A.P.I. 2, le P.P.R.I. a prouvé son inefficacité lors des petites pluies d'automne, il ne sera pas plus efficace avec un P.A.P.I. 2 qui s'inscrit dans la même lignée.

Avant tout, il faut arrêter de rétrécir le lit du var et de le creuser et d'artificialiser et imperméabiliser les sols, cause des ruissellements vers le var.

 

Compléments de France Nature Environnement :

 

 

 

Report de l’examen du PAPI du Var pour respecter le principe de précaution !

 

 

Contexte :

Nice Côte d’Azur envisage un projet d’urbanisation en zone inondable derrière le renforcement des digues du fleuve.

 

Rappel de la situation géographique : un fleuve soumis à des crues torrentielles et avec des impacts anthropiques importants

 

Des crues particulièrement dévastatrices

Le fleuve Var prend sa source aux porte du Mercantour sur la commune d‘Entraunes à plus de 1700 mètres d’altitude.

C’est un véritable torrent descendant des Alpes traversant une plaine agricole dans le secteur de Nice.

Les crues provoquées par cette situation géographique sont très rapides et violentes.

La plaine du Var est régulièrement soumise aux inondations du fleuve accentuées par les affluents du fleuve présent dans les vallons adjacents.

 

Un milieu soumis aux impacts anthropiques accentuant les crues :

Ce secteur fait également l’objet de fort impacts anthropiques notamment liés à :

  • l’extraction de matériaux

  • la construction de seuil

  • l’installation de micro centrales et d’endiguement relativement anarchiques et resserrés.

Cette situation peut conduire notamment à des crues et à des modifications du profil du lit du fleuve pouvant entrainer une déstabilisation des ouvrages de protection contre les crues.

 

La non prise en compte du changement climatique :

Enfin la question du changement climatique, demeurant sans réponse, se pose sur 2 aspects.

Que se passerait-il concernant une situation qui conduirait, au-delà de la crue centennale à une inondation de ce secteur ?

Que se passerait-il en cas de submersion marine dans le secteur de la basse vallée ?

Aucun scénario intégrant ces enjeux liés au changement climatique n’est envisagé dans le projet tel que présenté !

 

Des travaux pour des bonnes raisons : Oui à la protection des biens et des personnes mais non à l’accroissement de l’urbanisation

Nous considérons que les ouvrages de protection et de restauration des digues envisagés doivent permettre une protection des biens et des personnes déjà en place mais en aucun cas permettre un accroissement de la population ! Cet accroissement conduirait de manière évidente à une accentuation du risque inondation !

 

Les réserves du Comité de Bassin Rhône Méditerranée :

Le projet de PAPI présenté a fait l’objet d’un examen à la commission d’agrément du CB qui a demandé d’une part que ce PAPI prenne en compte le SDAGE RMC notamment ses orientations fondamentales 2 et 8 et d’autre part les règles d’urbanisation et du changement climatique.

Sur l’urbanisation le projet d’opération d’intérêt national dont le périmètre couvre 10000 hectares à vocation à urbaniser 400 hectares à très court terme.

 

Une demande de report par précaution :

Dans ce contexte plusieurs aspects demeurent sans réponse !

Ainsi par respect du principe de précaution nous demandons le report de l’examen de ce dossier :

- d’une part pour qu’il prenne en compte les orientations fondamentales du SDAGE RMC

-d‘autre part pour qu’il soit adapté à l’urbanisation du secteur sans l’accroître considérablement

-enfin pour qu’il prenne en compte des scénarii de changement climatique

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article