Recours contre la piscine olympique : offrez-vous une action !

Publié le par collectif-oin-plaineduvar

 

Recours gracieux contre la piscine olympique : Appel à souscription

 

Un recours gracieux a été engagé par l'association « Demos Kratos », soutenu par le collectif « O.I.N. Plaine du Var : pour un débat citoyen », le 11 mai 2013.

 

Ce recours se base sur l'absence d'enquête publique et l'absence d'étude d'impact.

 

Cette piscine, dénommée « complexe aquatique » est un bassin d'entrainement privé pour les nageurs olympiques alors que l'un d'entre eux vient d'annoncer qu'il partait s'entrainer aux Etats-Unis. De plus, Mr Estrosi a oublié que ces nageurs ont réussi grâce aux infrastructures de quartiers, comme la piscine du piol.

 

Pourquoi créer un tel élitisme ?

La ville d'Antibes, dans notre département, possède déjà une piscine olympique : pourquoi une telle mise en concurrence des territoires ?

 

Cette piscine est située à proximité du fleuve « var », plus proche encore que les autres grands projets de ce fleuve torrentiel, et elle se situe juste au-dessus de la nappe phréatique alimentant la zone de captage des prairies donc cette construction impacte notre eau du robinet !!!

 

Comment peut-on donc accepter que les niçois-e-s ne soient pas consultés sur un tel projet ?

Comment peut-on accepter qu'une telle infrastructure située à proximité d'une zone classée et sur une nappe phréatique, ne fasse pas l'objet d'une étude d'impact ?

 

Surtout quand on sait que la construction des fondations se fera de la même manière que le Grand Stade. Or le Grand Stade s'affaisse dans le sous-sol !!!

 

Jusqu'à quand pourra-t-on passer outre les études géologiques et géotechniques ?

Jusqu'à quand la véritable sécurité de nos territoires sera ignorée ?

 

Pour toutes ces raisons nous vous interpellons en vous demandant de vous joindre à nous pour soutenir cette action en vous offrant une action financière et citoyenne !

 

Vous trouverez le bon de souscription en pièce jointe

ici

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article