Réunion sur l'agriculture à Carros / Aqui Sien Ben

Publié le par collectif-oin-plaineduvar

Madame, Monsieur,

 

Vous trouverez en pièce jointe des documents rendant compte de la réunion organisée par Aqui Sien Ben le vendredi 9 Novembre 2012 à Carros sur le thème :

 

«  Réflexion autour de l’avenir de l’agriculture

dans les zones périurbaines »

> Un compte rendu avec

-          un rappel des objectifs de cette réunion,

-          un résumé des différentes interventions

-          une synthèse des constats et pistes d’action apparus au cours des échanges .

 

> Deux articles de presse parus dans les journaux locaux présents à la réunion : Le Patriote (en page 7) et Le Pays .

 

 

Aqui Sien Ben remercie tous les intervenants et participants qui ont contribué à la réussite de cette réunion et apporté une grande richesse dans le débat.

 

Pour en savoir plus sur les actions de Aqui Sien Ben pour la préservation des espaces agricoles, nous vous invitons à consulter le blog de l’association http://aquisienben.wordpress.com/notre-terre-nourriciere/

 

Nous vous en souhaitons bonne réception et espérons vous retrouver à l’occasion d’autres initiatives que nous pourrions organiser.

 

Bien cordialement

Laurent PARZY

Président Aqui Sien Ben

 

COMPTE RENDU ET SYNTHESE

de la réunion du 9 novembre 2012

Salle des Plans de Carros

Réflexion autour de l’avenir de l’agriculture dans les zones périurbaines

«
L’exemple

Réunion publique organisée par l’association Aqui Sien Ben avec la participation du Conseil de
Développement du Parc Naturel Régional des Préalpes d’Azur et du Réseau Rural PACA.

Rappel des objectifs de la réunion

Cette réflexion se situe au moment de l’élaboration du projet d’aménagement de la commune de
Carros et s’inscrit dans une démarche participative d’information et de concertation sur les choix
de développement d’un modèle agricole.

A l’heure où la nécessité de préserver une agriculture de proximité est partout reconnue, la
périurbanisation et l’étalement urbain se font souvent au détriment des terres les plus fertiles.
Le territoire de la commune de Carros, en partie dans le périmètre du Parc naturel régional des
Préalpes d’Azur (PNR) mais aussi dans celui de l’Opération d’Intérêt National d’aménagement
de la Plaine du Var (OIN), est soumis à une forte pression immobilière et n’échappe pas à ce
constat.

Comment répondre localement aux attentes alimentaires des populations ?
Peut-on concilier le développement urbain avec le maintien d’activités agricoles ?
Comment préserver des espaces agricoles de qualité et développer des circuits courts de
commercialisation de la production vivrière ?
Les objectifs visés par cette réunion sont de :
-
sensibiliser la population et les élus locaux à la question du maintien d’une activité
agricole de proximité ;
-
dresser un état des lieux de la situation et comprendre les raisons de la disparition des
terres fertiles ;
-
apporter des informations sur les prescriptions territoriales et les propositions des PLU en
matière d’agriculture ;
-
à partir d’expériences existantes, montrer que des outils et des solutions existent pour
préserver le foncier agricole et maintenir une production vivrière de qualité à l’échelle
communale ;
-
engager le débat sur les enjeux du développement d’une agriculture locale et durable,
pouvant répondre à nos attentes alimentaires et aux besoins des générations futures ;
-
recueillir des idées et faire des propositions pour le maintien des activités agricoles dans
les zones périurbaines.

COMPTE RENDU

Laurent PARZY, président de l’association Aqui Sien Ben, ouvre la séance à 14h20 et remercie
les différents participants de leur présence. Il présente le cadre de la réunion et les champs
d’intervention qui seront abordés. Il justifie le choix de l’exemple de la commune de Carros,
soumise à une forte pression immobilière et en partie comprise dans le périmètre du PNR, pour
traiter de la problématique de l’agriculture périurbaine.

René PERIER, du Conseil de Développement du PNR des Préalpes d’Azur, présente le rôle et la
démarche participative citoyenne du CdD au côté des élus et administrateurs du PNR. Il explique
que l’association Aqui Sien Ben est membre associé du CdD et rappelle les actions et réflexions
déjà engagées notamment sur les questions liées à l’agriculture sur le territoire du PNR : circuits-
courts, diagnostics agraires…

Mathilde HOUZE, animatrice du Réseau Rural PACA, présente l’action régionale du Réseau
pour sensibiliser les acteurs de l’aménagement du territoire en faveur d’une politique agricole et
alimentaire locale. Exemple du Pays d’Arles.

L’agriculture dans l’aménagement du territoire

Les enjeux d’une agriculture périurbaine

Jean-Christophe ROBERT, président de l’association Filière Paysanne, rappelle le constat
alarmant de la disparition des terres fertiles (équivalent d’un stade de foot toutes les six minutes
en France) au profit de l’urbanisation et l’urgence de réagir pour la préservation du foncier
agricole. Il met en avant la nécessité de faire adopter une loi nationale pour la préservation
des terres cultivables par la nouvelle majorité parlementaire. Filière Paysanne travaille à
la rédaction d'une proposition de texte en lien avec le CDTF 13 et le comité régional de la
campagne « Alimentons 2012 » (proposition de texte initial qu'il enverra prochainement à
Laurent pour diffusion dans le réseau).

Il présente les enjeux économiques, sociaux, alimentaires et écologiques de l’agriculture
péri-urbaine : Soutenir une agriculture locale, produits équitables de proximité, tenter de
concurrencer la grande distribution par une économie locale plus juste. Engager le défi que la
population locale ainsi que les collectivités locales seront prêtes à répondre et dynamiser l’accès
de proximité de biens et services locaux sans devoir faire des kms.

Il présente brièvement le « plan de souveraineté alimentaire régional » que Filière Paysanne
s'efforce de mettre en place avec différent(e)s élu(e)s de PACA (cf PJ). Cette proposition de
collaboration à long terme avec la Région se fait également en lien avec différents acteurs
du territoire qui se sont récemment regroupés au sein d'un Collectif Régional d' « Initiatives
Pour une Agriculture Citoyenne et Territoriale » (InPACT), intitulé « Travailler autrement
en agriculture ». Il rassemble actuellement l'ARDEAR, la Confédération Paysanne, Bio de
Provence, Alliance Provence, le GR CIVAM PACA, Filière Paysanne, le MODEF et Solidarité
Paysans Provence-Alpes (Contact: GR CIVAM PACA, à Cavaillon: Patricia LENNE).

Prescriptions et orientations pour le développement rural

Gérard PLA, de l’association Les Perdigones, rappelle brièvement les directives nationales et
départementales (lois DTR et Grenelles, DTA, Charte départementale de l’Agriculture…) en
faveur du maintien de l’activité agricole et de la protection des espaces fertiles. Il constate que
les dispositions et engagements ne sont pas pris en compte dans les faits et notamment dans
les documents d’urbanisme sur le département. Il prend comme exemple l’aménagement de la
commune de Levens, où les terres les plus fertiles deviennent urbanisables.
Des échanges avec la salle font apparaitre la nécessité d’une législation plus contraignante en
matière de protection des espaces agricoles.

Renaud DUMAS, chargé de mission du Conseil de développement du PNR des Préalpes
d’Azur, intervient pour présenter la place de l’agriculture sur le territoire du PNR des Préalpes
d’Azur et énoncer les axes prioritaires de la charte du PNR en faveur du développement agricole.
Les zones de montagne du PNR sont caractérisées par une agriculture orientée principalement
vers l’élevage et le maraîchage de montagne. Ses franges Sud et Est comptent principalement des
oliveraies, des vignobles et du maraîchage.
L’agriculture présente plusieurs enjeux, qui sont notamment :
• Economiques : c’est la base essentielle de l’activité économique, notamment dans les
zones les plus rurales ;
• Ecologiques : maintien de l’agriculture et préserver lune agriculture de qualité participe
au maintien de la mosaïque des milieux et donc à la préservation de la biodiversité
• Paysager et de prévention du risque incendie : maitrise de la fermeture des milieux
Les orientations stratégiques de la charte du PNR et les articles qui en découlent sont ensuite
présentés : « enrayer la régression de l’agriculture et du pastoralisme », « tirer parti du bassin
de consommation de la Côte d’Azur pour développer une agriculture de proximité » ou
encore « préserver la vocation des terres agricoles ».

Après cette exposition de la situation agricole dans le PNR des Préalpes d’Azur, plutôt orientée
depuis des décénnies sur le pastoralisme, il apparaît un changement dans les orientations
technico économiques des exploitations agricoles qui s’ouvrent de plus en plus au maraîchage.

L’agriculture à Carros « Etat des lieux et perspectives »

Laurent PARZY, président de Aqui Sien Ben, justifie le choix de Carros comme exemple
d’agriculture périurbaine.
Un fort développement de l’urbanisation
Déclin de l’activité agricole
Diminution importante des espaces agricoles
Zone de transition entre le milieu urbain littoral et le milieu rural de l’arrière-pays
Un territoire soumis aux objectifs du PNR et aux contraintes de l’OIN
Conformations topographiques diverses et représentatives du département
Des enjeux paysagers et environnementaux forts
Prise de conscience insuffisante du rôle de l’agriculture dans l’aménagement du territoire
Une stratégie de développement agricole et alimentaire à élaborer

Il dresse ensuite un bref historique de l’agriculture sur la commune, montrant la mutation d’un
milieu rural vers un espace périurbain, et fait un état des lieux de l’activité agricole.
Cette transition « campagne-ville » s’est accompagnée d’un étalement urbain :
-
entrainant une progression de l’artificialisation des sols
-
grignotant sur les espaces cultivés
-
privant l’agriculture de ressources foncières de qualité
-
mitant les espaces agricoles
-
encourageant la spéculation foncière (friches)

Il donne ensuite une répartition géographique des espaces agricoles sur la commune en
s’appuyant sur des cartes graphiques et des vues aériennes, et en distinguant leur potentiel
agronomique.

Il finit son intervention en présentant les prescriptions qui s’imposent pour le maintien de
l’agriculture sur la commune de Carros (PNR, DTA, OIN…) et rapporte les perspectives prévues
dans le PLU.

Vers une politique agricole et alimentaire communale

Claude BARGIN, agriculteur membre du CETA du Pays d’Aubagne, présente la politique
agricole mise en place en partenariat sur le Pays d’Aubagne et expose la charte sur l’agriculture.
En 1991 le pays d’Aubagne fait réaliser une étude sur son agriculture et met en place à travers un
comité de pilotage, une Charte entrainant ainsi plusieurs propositions d’actions.
Les 4 actions se résument à :
- Action sur le foncier (à travers plusieurs acteurs SAFER, TERRES DE LIENS dont
les moyens sont limités mais qui a racheté pour moitié avec la commune d’Aubagne
des terres agricoles) axe fondamental qui a permis l’installation de plusieurs jeunes
agriculteurs et l’agrandissement d’exploitation.
Coût du foncier à Aubagne : 120 000 euros l’hectare ou 130 000 ?
Coût du foncier dans les AM 300 000 euros l’hectare.
- La demande en produits de proximité est exponentielle et la productivité actuelle ne
répond pas à la demande …
Une nouvelle charte est en travaux.

Jean-Pierre CLERISSI, exploitant agricole dans le canton de Carros, dresse un constat
de la place de l’agriculture sur la Plaine du Var et expose des dispositifs mis en place et
expérimentations conduites pour le maintien de l’activité agricole.

Longue expérience et triste constat de sa part : Historique du détournement de la vocation des
terres fertiles sur l’ex Communauté de Communes des Coteaux d’Azur.

Détournement des terres fertiles dans la plaine du Var par des moyens douteux tels qu’une
couche de gravier et ensuite on entrepose des stockages de carcasses de voitures.
Autre exemple à la Grave de Carros, terrains achetés par la commune de Carros et ensuite
mis à disposition pour exploitation industrielle …Sachant que la rentabilité d’une exploitation
industrielle est largement plus lucrative pour la commune qu’un exploitant agricole.
Les élus n’ont rien à gagner avec les terres agricoles.

Pierre FABRE, président de Terre de Liens PACA, intervient pour expliquer comment, en
promouvant une ‘autre agriculture’ sur ce territoire, et avec les volontés des acteurs concernés, il
est possible de diversifier les activités agricoles et de redynamiser l’agriculture.

Fin de la réunion à 18h30

Buffet campagnard offert par l’association Aqui Sien Ben et le Conseil de Développement
du PNR

Mise en valeur de produits locaux

pâte d’olive : la ferme du Riolan, Cigales (Thierry et Rachel PRANDI)

pâtisseries : Aux Sablés d’Antan, Carros (Catherine et Marie VIRRION)

pain d’épice : Chantal AIME apicultrice Carros

Fromages de chèvres : Chèvrerie du Bois d’Amon, Saint-Cézaire

Terrines, Pissaladière et Poitrine roulée : La côte à l’Os, Spéracèdes

SYNTHESE

Echanges
Envisager que les élus mettent en place une agriculture périurbaine significative et claire dans
les PLU
La revalorisation et l’augmentation des terres agricoles ne sont possibles que par la volonté des
élus et des collectivités territoriales.

Situations assez semblables entres villes de la bande côtière :
pression immobilière très forte
vente des terres par les agriculteurs parce que personne n’assure la relève et/ou parce que
ça rapporte plus ;
disparition des terres les plus fertiles.
dans les PLU bien souvent, apparaissent des Zones agricoles situées sur des terrains de
qualité nettement moindre (cf. Levens, Carros)
pas de véritable concertation ; des réunions d’information qui ont généralement lieu
quand tout ou presque est décidé.

La situation est un peu différente dans l’arrière-pays qui ne subit pas la même pression
immobilière et où le coût du terrain est moins élevé.

De nombreux textes existent qui devraient permettre de mettre en œuvre de véritables
politiques agricoles locales parce que tout y est (DTA, Grenelle ,Charte du PNR…)
Mais il est très facile de les détourner et ils le sont sans cesse.

Lorsqu’il y a une volonté politique on peut, même si c’est difficile, avancer (Cf. les
exemples d’Aubagne, Mouans-Sartoux, Gattières)

2 - Des pistes pour l’action

Plusieurs niveaux d’action possibles.
Bien définir ce que l’on peut faire à chaque niveau :

JC. Robert de filière paysanne pense qu’il faudrait une loi plus contraignante que les textes
actuels relative : au foncier pour préserver les terres agricoles, et au revenu agricole afin de fixer
un niveau décent pour les agriculteurs.

Niveau intercommunal
Une forte demande s’est exprimée au cours de la réunion de continuer, de travailler
ensemble ( La Gaude, St Laurent, Cagnes, Levens…)
Le PNR offre un cadre dans lequel il est possible de travailler
Un exemple est donné de ce qui se fait dans la CCMA( ?) : Achat et location aux
agriculteurs de terrains par la CCMA – Travail avec les propriétaires de terrains cultivés
ou en friche pour connaître leur point de vue, savoir ce qu’ils pensent ; se garder de tout
jugement hâtif, aller au plus près du terrain.
Niveau de la commune de Carros :
Trouver des terrains déjà achetés par la commune ou d’autres en friche (sur les Plans
notamment) et proposer qu’ils soient loués à des agriculteurs, ou mis en régie comme à
Mouans-Sartoux.
Explorer ce qui serait possible avec ArKoPharma au niveau des plantes aromatiques.
Créer une AMAP

Commenter cet article