voie de 40 metre : appel à souscriptions

Publié le par collectif-oin-plaineduvar

 

UNE SOUSCRIPTION  CONTRE LA VOIE DE 40 METRE

Nous avons engagé depuis un certain temps, avec l'aide de France Nature Environnement, un recours contre la voie de 40 mètre, projet labellisé Opération d'Intérêt National de la Plaine du Var.

Ce recours se double actuellement d'un recours contre l'expropriation de la famille Carabalona-Venturino située au 303 avenue sainte marguerite, futur axe névralgique de ladite voie de 40 mètre. Ce recours permet de bloquer la parution de l'acte déclaratif autorisant légalement le démarrage des travaux et aussi d'attaquer directement la Déclaration d'Utilité Publique de la voie de 40 mètre. En effet, en vertu des délais en vigueurs de recours de deux mois dont disposaient les expropriés, nous avons pu, à l'aide d'un cabinet d'avocat militant du réseau France Nature Environnement, enclencher lesdits recours.

Pourquoi une procédure ?

Cette voie de 40 mètre représente un axe majeur structurant les projets O.I.N. Sur la partie est de la vallée du var. Ce projet a fait l'objet d'une deuxième enquête publique loi sur l'eau, passée en douce, et qui serait restée inaperçue si une élue membre du collectif n'avait pas mis son nez ( à notre avantage) dans certains dossiers de la ville de Nice.

Cette voie de 40 mètre fait l'objet de plusieurs irrégularités, dont la plus flagrante se situe dans la Déclaration d'Utilité Publique, aucun tramway n'étant budgétisé actuellement alors même que la D.U.P. Est justifiée par la multimodalité. Cette voie de 40 mètre va être ainsi un véritable « aspirateur à voitures » alors qu'il y a déjà suffisamment de voiries sur la plaine du var.

Qui plus est, la construction de cette voie de 40 mètre nécessite multes expropriations (115 au total), toutes menées de manière totalement illégale. Et en plus, ce sont des personnes âgées malades qui sont expropriés sans condition ni négociation réelle. Certaines des familles n'ont accès à aucune information, on ne leur demande pas leur avis.

Mais aussi Mr Estrosi a inauguré illégalement le démarrage de la première phase des travaux (saint isidore – grand stade ) le 31 octobre 2012 alors que l'acte administratif validant la deuxième enquête publique loi sur l'eau n'est toujours pas paru.

Ce dossier rentre ainsi dans le cadre du travail de notre collectif : notre volonté de porter le débat citoyen à savoir contrer les projets qui se font sans concertation aucune, sans qu'on demande l'avis des riverains et/ou des contribuables. Notre volonté de dire que cette plaine du var est notre bien commun, car il s'agit de notre eau ( la nappe phréatique sera obligatoirement impactée par les travaux et le fonctionnement de cette infrastructure), notre agriculture : des terres fertiles vont être bétonnée alors qu'elles pourraient nous assurer au moins en partie la souveraineté alimentaire, notre biodiversité : l'étude d'impact sur les zones Natura 2000 est très légère et ce ne sont pas des allées d'arbustes qui vont venir compenser la détérioration de zones de biodiversité classées au niveau européen. Et, pour clore cet argumentaire, l'illégalité est plus que flagrante.

Nous nous devons ainsi d'agir et nous vous demandons ainsi de répondre à notre appel à souscriptions que nous lançons ce jour. Cet appel à souscription nous permettra de financer : 1° Le recours contre l'expropriation qui peut permettre aux autres expropriés de se porter partie civile 2° le mémoire critiquant la DUP  3° un "référé" pour interrompre les travaux dirigés

Les sommes s'élèvent à 4000 euros pour chacune des procédures enclenchées, la 1° est quasiment payée, il reste les deux autres.

 

REPONDEZ A L'APPEL A SOUSCRIPTIONS ICI

Commenter cet article